Anselm JAPPE

  Anselm JAPPE, philosophe

Né en 1962 à Bonn, Anselm Jappe a grandi à Cologne et dans le Périgord. Il a fait ses études à Rome et à Paris où il obtient un doctorat de philosophie. Il a eu comme directeur d'études Mario Perniola. Il enseigne actuellement l'esthétique à l'école d'art de Frosinone et de Tours. Ancien membre du groupe Krisis (Nuremberg), il a publié de nombreux articles dans divers revues et journaux dont Iride (Florence), Il manifesto (Rome), L'indice (Milan), Mania (Barcelone), Lignes (Paris), Illusio (Caen) et publie dans la revue allemande Exit !.

Il est l'auteur d'un important essai sur Guy Debord, remarqué à la fois par le principal intéressé et par la critique. Le Magazine littéraire notait ainsi que « de tous les ouvrages parus sur les idées de Guy Debord, celui d'Anselm Jappe (qui vient d'être réédité) est à ce jour le plus intéressant. Son livre met à jour les liens directs entre la théorie du spectacle et la critique de la valeur et du fétichisme de la marchandise, il y analyse l'ensemble des influences sur la pensée de Debord, et les dépassements de celle-ci au regard des auteurs actuels de la « critique de la valeur ». Familier des auteurs de l'École de Francfort, il tente dans ses écrits de renouveler la théorie critique par une nouvelle lecture de l'œuvre de Karl Marx, au sein du courant de la « Nouvelle critique de la valeur » (la « wertkritik » en Allemagne) dont le principal théoricien est Robert Kurz.

BIBLIOGRAPHIE

  • Guy Debord, Éditions Denoël, 2001.
  • Les Aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur, Éditions Denoël, 2003.
  • Les Habits neufs de l'empire : remarques sur Negri, Hardt et Rufin (avec Robert Kurz), Éditions Lignes, 2003.
  • L'avant-garde inacceptable - réflexions sur Guy Debord, Éditions lignes-Léo Sheer, 2004.

Cet ouvrage reprend la traduction de deux articles publiés dans la revue Krisis, " Politique du spectacle, spectacle de la politique " et " Les situationnistes sont-ils la dernière avant-garde ? ", ainsi qu'un dernier texte inédit, " Guy Debord, un auteur comme les autres ? ".

Crédit à mort : la décomposition du capitalisme et ses critiques, Éditions Lignes, 2011