YOR

 

Auteur, compositeur, interprète

QUI EST YOR ?
Un professeur de philosophie ayant délaissé les salles de classe au profit des concerts.
Que s’est-il passé ?
Agressé par trois hommes et quais laissé pour mort, Yor se retrouve à l’hôpital, pour s’entendre dire qu’il n’a rien de cassé, certes, mais qu’apparaissent sur les radios d’inquiétantes tâches au cerveau, qui sembleraient être des métastases.
« Qu’est-ce que j’ai envie de faire avant de partir ? » se demande-t-il alors. Le DÉSIR  de retourner à ses premières amours, la guitare et la chanson, s’impose à lui, il veut se produire en scène pour un concert avant de «faire ses valises». Il  écrit des chansons conçues comme des courts métrages, où règnent second degré, sens poétique et traits d'esprit. Lorsque plus tard un deuxième diagnostic médical constate qu’il s’est agi d’une erreur, sa décision est prise, il sait ce qu’il a envie de faire: être musicien ! Et depuis cet « incident » tragi-comique survenu il y a 2 ans et demi, il enchaîne ses concerts dans les salles, les festivals, les théâtres !

Profondément inspiré par les sonorités festives de la bossa, mais aussi du blues, de la soul ou du jazz, YOR prononce son goût pour la poésie avec un humour mordant. Jamais là où on l’attend, il embrasse des textes aussi drôles que percutants.
http://www.chanteurs-a-gages.com
http://www.youtube.com/watch?v=pIVCZuJiaXc

« Dernier concert »

Elle m’apparût, masquée, habillée de blanc
tout droit issue de mes vieux cauch’mards d’enfant
se tenant là prête à user de sa faux
elle m’annonça, ce que j’avais au cerveau
 
c’est du délire, permettez moi d’en douter
ou mieux d’en rire, j’y crois pas, chui désolé
Si j’ai le choix, j’gard’rai bien les yeux ouverts
J’reste ici bas, mais bien l’bonjour aux enfers...
 
Mais pour ne pas me laisser mourir idiot
Elle me dressa ce qu’il fallait du tableau
Quand vint le mot : métastase, je vis mon sort
Rayons, chimios, souffrances, agonie et mort
 
Bon, c’est super, laissez moi juste le temps
D’un seul concert, j’vous attendrai en chantant
La nuit d’avant, je cram’rai tout au poker,
Tout comprenant mon cerveau et mon cancer !
 
Elle m’a dit que pour les concerts, je pourrai en faire pas mal
Et que pour le poker, elle me souhaitais une quinte floche royale
Je n’avais rien… cette fois-ci j’ai gagné sans bluffer
Tous les médecins s’étaient complètement trompés
 
C’est pas la mort qu’était venue me parler
Mais , aux aurores une interne à interner
elle avait vu des tumeurs dans mon cerveau
C’était rien de plus, qu’une erreur dans les radios !!
 
Je suis en sursis, je le crois encore davantage
J’aime la vie , c’est plus d’l’amour , c’est de la rage !
Je suis en sursis, je n’sais pas pour combien de temps
p’têtre que ma vie se prolongera éternellement !