Historiens de garde

Samedi 31 janvier 2015 à 16H
CAFÉ SOCIÉTÉ
médiathèque La Méridienne à Rungis
1 place du Général de Gaulle, 94150 RUNGIS
RER C- La fraternelle / Le tramway / le bus 2016 (Denfert Rochereau)

THÈME: L’HISTOIRE BIAISÉE: SPECTACLE CHOC ET TOC ou VÉRITÉ?
Invités :
Aurore CHÉRY, Christophe NAUDIN,co-auteurs du livre : « LES HISTORIENS DE GARDE, de Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, résurgence du roman national »

Bienvenus à ce café société sur les « HISTORIENS DE GARDE » écrits par 3 jeunes historiens doctorants, Aurore CHÉRY, Christophe NAUDIN et William BLANC dont les deux premiers sont venus vous présenter leur livre. Aurore CHÉRY est aussi  conseillère historique de productions télévisuelles. Ce livre courageux fait figure de combat d’un pot de terre contre un pot de fer.
Tout d’abord il faut expliquer le titre de « Historiens de garde » qui fait référence à un pamphlet, écrit en 1932, de Paul NIZAN contre les philosophes idéalistes de son époque qu’il appelle “les chiens de garde”, déconnectés du réel au point de ne pas voir venir la 2e guerre mondiale.
Plus récemment  un film « Les nouveaux chiens de garde », basé sur le livre de Serge Halimi, a montré la connivence de certains journalistes avec le monde politique. Et dans « les Historien de garde » dont il est question aujourd’hui, les auteurs dénoncent les libertés qu’on prend avec la vérité historique dans les productions télévisuelles qui nous présentent une « histoire spectacle choc et toc ». Sont épinglés en particulier le comédien Laurànt Deutsch, le chroniqueur Eric Zémour, Stéphane Berne et Patrick Buisson, directeur de la chaîne Histoire.
Ce qu’ils dénoncent c’est une présentation biaisée de l’histoire au gré de leur propre vision historique tout en commettant des erreurs factuelles. Le bestseller « Métronome » de Lorànt Deutsch, vendu à plus de 2 millions d’exemplaires, a donné lieu à une adaptation télévisuelle sur France 5 – audimat oblige - aux accents royalistes de son auteur. Peut-être sait-on un peu moins que Patrick Buisson est ancien rédacteur en chef de « Minute », journal de l’extrême–droite, et ex-conseiller de Nicolas Sarkozy. Eric Zémour est connu pour ses positions réactionnaires, et Stéphane Berne, sous prétexte de rendre l’histoire populaire, a tendance à la réduire aux « récits people » et à des « histoires de coucherie »
Nous ne pouvons que féliciter les jeunes auteurs pour leur courage de s’attaquer aux pouvoirs médiatiques en révélant leurs collusions politiques.
QUESTIONS :
Qu’opposez-vous à la popularisation de l’histoire telle qu’elle est pratiquée à la TV ?
Que peut-on faire contre cette domination médiatique des « stars de la télé » ?
En quoi consiste pour vous l’utilité sociale de l’histoire ?
Votre combat ne ressemble-t-il pas à celui d’un pot de terre contre un pot-de-fer?