Le Désir

 

DIMANCHE,  26 février 2012

premier  PHILO-CONCERT à L’HÉLICON avec le chanteur-compositeur YORet son contrebassiste Frédéric Debraine
CONCERT suivi d’un DÉBAT avec YOR et Daniel-Philippe de SUDRES, chercheur en  neurosciences et romancier, auteur de « Que feriez-vous s'il vous restait une heure à vivre ? »
Thème du débat : LE DÉSIR
Que feriez-vous s'il vous restait quelques mois à vivre ?

J’ignore si vous êtes venus à ce premier PHILO-CONCERT pour connaître un chanteur ou parce que vous vous posez des questions sur vos DÉSIRs et vos motivations profondes ou sur la finalité de la VIE - ou tout à la fois. En attendant j’ai le plaisir de vous présenter notre invité, le musicien YOR, chanteur, compositeur et interprète, ancien professeur de philosophie, qui a fait de la musique en amateur et qui est devenu musicien après un faux diagnostic qui ne lui laissait que peu de temps à vivre. Il s’est dit : qu’est-ce que j’ai vraiment envie de faire avant de tirer ma révérence ? Il a décidé de monter sur les planches pour un dernier concert avant de faire ses valises. Puis il a écrit de belles chansons qui sont venues toutes seules du fond de lui-même, des chansons comme « Sursis » ou « Marionette » ou « le Français ».
Puis il s’est avéré que le diagnostic était faux. Yor va bien, mais il sait maintenant ce qu’il a vraiment envie de faire : retourner à ses premiers amours, la guitare et la chanson. Cette aventure s’est passée il y a deux ans et demi et vous allez voir s’il a eu raison de retourner à ses premiers amours.
Pour le débat après le concert nous avons un deuxième invité – Daniel Philippe de SUDRES, « neurophilosophe » et chercheur en neurosciences, essayiste et romancier, auteur d’une dizaine de livres dont l’un s’appelle « Que feriez-vous s'il vous restait une heure à vivre ? ».
Il y a quinze ans il a eu un échange de lettres avec le neurobiologiste et philosophe Jean Pierre CHANGEUX qui lui a conseillé de fonder une « Ecole de SAGESSE moderne », et c’est devenu ce qu’il appelle son Institut de Neuroconnectique. Ce qui nous intéresse ici c’est que Dan-Phil a approché la mort dès son plus jeune âge. D'où « le désir brûlant d'être quand on a su ce qu'est de ne plus être... » Un de ses essais s’appelle d’ailleurs « Quatre fois mort » L’occasion était trop belle pour faire se rencontrer ces deux « survivants » qui nous parleront surtout de la VIE et du DÉSIR, ce désir qui devient plus intense quand on sait que la vie est fragile.