LE ROSE ET LE BLEU

Samedi 5 novembre 2016, 14H45  

Cycle LE MONDE EN QUESTION

Organisé et animé par RENCONTRES ET DÉBATS AUTREMENT

Médiathèque  A. Rimbaud, 2 place des Baconnets, 92160 Antony, , face au RER Les Baconnets, ligne B (à 20 min de la Gare du Nord

THÈME: LE ROSE ET LE BLEU, FABRIQUE DU FÉMININ et du MASCULIN ?

INVITÉES : Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE et Emmanuelle BERTHIAUD,
historiennes, auteures de « LE ROSE ET LE BLEU, la fabrique du féminin et du masculin», Belin, 2016

Bienvenus à cette conférence-débat sur les stéréotypes de nos représentations du féminin et du masculin avec nos invitées co-auteures, toutes deux historiennes et professeures d’histoire moderne à l’université Jules Vernes de Picardie.
Scarlett BEAUVALET est spécialisée dans l’histoire de la famille, des femmes, de la santé et des hôpitaux. Pour ses recherches elle utilise beaucoup les actes notariés et écrits privés. Elle est auteure de plusieurs livres dont « Histoire de la sexualité à l’époque moderne » (Armand Collin, 2010).
Emmanuelle BERTHIAUD est agrégée et docteure en histoire moderne et contemporaine et a ecrit « Enceinte, une histoire de la grossesse entre art et société » publié aux édition de la Martinière (2015)
Avant qu’elles ne vous présentent leur dernier ouvrage avec des illustrations imagées voici quelques remarques  introductives sur « LE ROSE ET LE BLEU » qui part d’un fait réel : Lors de la rentrée scolaire en septembre 2014 les écoliers de Puteaux se sont vus offrir un cartable rose pour les filles contenant des bijoux – et un cartable bleu pour les garçons avec un robot à construire... Ces « cadeaux » sexués ont provoqué une forte polémique de la part des parents contre les stéréotypes du masculin/féminin.
La question se pose : Comment sortir de ces stéréotypes? Comment se construit la différence des sexes? Ce qui semble « naturel » n’est-il pas « fabriqué » ? On ne naît pas femme, ni homme,  on le devient - par l’éducation et la société dans laquelle on est né! L'histoire du féminin et du masculin montre que la construction des identités sexuées a longtemps justifié la domination masculine. Mais, se demandent les auteures, les représentations traditionnelles ont-elles vraiment changé ?
Selon un bilan de l’ONU sur la situation des femmes dans le monde, elles représentent la majorité des pauvres, des analphabètes, victimes de violences ou de mauvais soin. Elles restent encore écartées des lieux de pouvoir politique, économique et financier.
Avec ces marqueurs du rose et du bleu sommes-nous en route vers l’égalité des sexes ? Le fameux plafond de verre pour les filles en économie (25% de salaire en moins pour qualification supérieure ou égale) et en politique (représentation minime des femmes) va-t-il tomber ?  Pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, 1ère puissance du monde, une candidate se présente à la présidence du pays (femme d’expérience politique au long combat) face à un milliardaire misogyne et raciste. Qui va gagner ?  Les préjugés millénaires contre les femmes vont-ils l’emporter ?