Michel PINCON - Monique PINCON CHARLOT

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon sont sociologues, anciens directeurs de recherche au CNRS et membres du laboratoire «Cultures et Sociétés Urbaines» (CSU-Paris 8). Issus de la sociologie urbaine, ils travaillent ensemble depuis 1987, date à partir de laquelle ils ont centré leurs travaux de recherche sur la haute société, noblesse fortunée et grande bourgeoisie, un objet d'étude à leurs yeux trop négligé par les sociologues. En effet, ils sont convaincus qu'«on ne saurait comprendre la société sans en connaître les sommets»  (Sociologie de la bourgeoisie, p.5), là où se cumulent toutes les formes de richesse. Les nombreux ouvrages qu'ils ont publiés sur le sujet analysent, dans une démarche anthropologique, les pratiques et les rites, la sociabilité, la culture de l'entre-soi et la logique de transmission de cette classe fortunée : Dans les beaux quartiers (1989), La Chasse à courre, ses rites et ses enjeux (1993), Voyage en grande bourgeoisie (1997), Sociologie de la bourgeoisie (2000), Les Ghettos du Gotha (2007)... pour n'en citer que quelques uns. Ils mettent au jour les habitus de classe et les mécanismes de reproduction sociale des grandes familles, dans le prolongement des travaux de Pierre Bourdieu. Leurs recherches montrent que le concept de classe sociale garde sa pertinence dès lors qu'on prend pour objet d'étude la bourgeoisie, «un groupe apparemment composite», mais qui constitue l'unique réelle - et dernière classe sociale au début du XXIème siècle, la seule à exister objectivement et subjectivement. La réflexion des deux sociologues s'alimente d'un intense travail de terrain, fait d'entretiens et d'observations en contexte (beaux quartiers, réceptions, cercles, châteaux, chasse à courre..), mené au cours de leurs nombreuses enquêtes dans les milieux fortunés.

 
Derniers ouvrages communs :
L'argent sans foi ni loi , Textuel, 2012
Les plus riches accumulent aujourd'hui des millions d'euros tandis que des millions d'Européens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Comment se fait-il que l'argent, conçu pour faciliter les échanges de biens, et qui était donc créateur de lien social, soit devenu le symbole universel de la réussite personnelle ? Voire la valeur suprême de l'existence, au-delà de préceptes des religions et du respect des droits fondamentaux garantis par les législations.
Comment en est-on arrivé là ? Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, auteurs à succès et spécialistes des grandes fortunes, montrent que l'argent a été dévoyé de sa fonction initiale pour devenir une arme au service des nantis. La virtualisation de la monnaie, la dérégulation des marchés, les arrangements entre financiers et politiques, l'exil fiscal et le dumping social sont autant de stratégies dans l'impressionnante panoplie des oligarques qui leur permet de conserver et de consolider leurs privilèges exorbitants.
Emaillant leurs analyses d'exemples et de propositions concrètes, les deux sociologues suggèrent de revenir de toute urgence à un encadrement plus strict de l'argent, afin qu'il redevienne ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être: un bien public.