Nouvelles solitudes

Sujet du 13 Mars 2008

NOUVELLES SOLITUDES ET CASSURE DES LIENS
Du chacun pour soi aux partenaires jetables, de la sexualité débridée à l’abstinence

Notre invitée est Marie France HIRIGOYEN, psychanalyste et victimologue, auteure du  bestseller LE HARCÈLEMENT MORAL et de NOUVELLES SOLITUDES (La Découverte, 2007)
 
 Docteur en médecine depuis 1978, Marie-France Hirigoyen s'est ensuite spécialisée en psychiatrie. Psychanalyste, psychothérapeute familiale, elle anime depuis 1985 des séminaires de gestion du stress en entreprise.
Par la suite elle se forme en victimologie aux Etats-Unis d'abord puis en France où elle soutient en 1995 un mémoire intitulé "La destruction morale, les victimes des pervers narcissique".
Elle centre alors ses recherches sur la violence psychologique et publie en 1998 un essai Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien, dont 450 000 exemplaires ont été vendus à ce jour et qui a été traduit dans 24 pays.
L'accueil incroyable reçu par le livre entraîne une déferlante de témoignages, la création d'associations, des débats entre professionnels et une prise de conscience des parlementaires.
Elle participe au groupe de réflexion sur la proposition de loi déposée le 14 décembre 1999 par le groupe communiste à l'Assemblée Nationale, qui aboutit à faire voter le 11 janvier 2001 un amendement qui introduit la notion de harcèlement moral dans le code du travail.
Dans son second livre Malaise dans le Travail. Harcèlement moral : démêler le vrai du faux, qui paraît en mars 2001, l'auteur affine son analyse et précise la notion pour éviter que le terme soit utilisé abusivement et à contresens.
Dans toutes les sociétés développées, la montée de la solitude est devenue un phénomène social majeur. Alors que les interactions entre individus sont permanentes, voire envahissantes, de nombreuses personnes éprouvent un sentiment douloureux d'isolement. Et, en même temps, beaucoup d'autres font le choix de vivre seules. Dans ce livre riche de nombreux cas issus de son expérience clinique, la psychanalyste Marie-France Hirigoyen montre que cette réalité est le fruit d'une mutation profonde des rapports hommes/femmes, encore inaboutie.
Si les femmes ont enfin obtenu une autonomie nouvelle, dans le travail comme dans la sexualité, cette indépendance n'a pas été encore pleinement intégrée dans les mentalités. D'où une crise des rôles masculin et féminin et une précarisation des liens intimes : un mariage sur deux se termine par une rupture, surtout à l'initiative des femmes. On constate un durcissement des relations dans le couple, reflet aussi du durcissement du monde du travail. Et le surinvestissement dans la relation amoureuse s'accompagne d'une pratique croissante du "couple en CDD".
Les périodes de solitude et d'abstinence sexuelle, souvent durables, conduisent à un recours accru aux sites de rencontres sur Internet ou aux "nouvelles thérapies", qui se révèlent le plus souvent illusoires. Alors que, explique Marie-France Hirigoyen, la solitude peut apporter énergie et inspiration : à tout âge, la solitude choisie, tout en restant disponible à l'autre, est une source de plénitude, un moyen de sortir de la superficialité d'une société dominée par le narcissisme et le culte de la performance.
Dans notre monde surinformé mais de plus en plus précaire, où l’autre est souvent
considéré comme un rival, la solitude est devenue un fait majeur. Célibataires, divorcés, quatrième âge…, près de 14 % de la population française vit seule. Ce chiffre, qui a doublé en trente ans, est autant dû à l’intensification du travail qu’à la mutation des rapports hommes-femmes entamée il y a moins de deux générations, estime la victimologue Marie-France Hirigoyen, auteure du Harcèlement moral (La Découverte, 2004).
Cette rupture toujours à l’œuvre, illustrée par l’exemple des « nouveaux » couples vivant séparés, recouvre une réalité disparate.  La tendance s’accentue avec les nouveaux moyens de communication. Sites de rencontres en ligne, téléphones mobiles…
En bien ou en mal, la solitude transforme. Elle est même indispensable à qui veut aller à la découverte de soi-même et s’éloigner d’un monde d’apparences. De nouvelles formes de sociabilité se dessinent. Tout le monde a été, est, ou sera seul. Sans être forcément isolé ;