UNE FRANCE INEGALE

Samedi 25 fevrier 2017, 15H45

Nouveau lieu: Médiathèque de l’Abbaye-Nelson Mandela
3 place de l’Abbaye - 94000 Créteil
Métro: Créteil Préfecture

CYCLE:  Où EN EST LA DÉMOCRATIE?

THÈME: UNE FRANCE INÉGALE? Que disent les BIG DATA ?

INVITÉ: HERVÉ LE BRAS, démographe, directeur d’études à l’EHESS, auteur de “Anatomie sociale de la France. Ce que les Big Data disent de nous”, Laffont 2016

HERVÉ LE BRAS, citations d’un auteur iconoclaste :

"Aujourd'hui, en France, les inégalités font système » 
 « La montée des inégalités agit comme un venin qui affaiblit progressivement la démocratie. » 
« Plus un pays est avancé dans l’économie de marché, plus il y a d’inégalités »

Hervé Le Bras est démographe, spécialiste en histoire sociale, ancien directeur d'études à l'INED (Institut national d'études démographiques), enseignant à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur d’une trentaine d’ouvrages qui  s'inscrivent dans la veine d'une pensée dérangeante, dont voici les derniers en date :
Anatomie sociale de la France. Ce que les big data disent de nous, Robert Laffont, 2016
Le Pari du FN, Autrement, 2015
l’Atlas des inégalités, Autrement 2014
Avec Emmanuel Todd, il est l’auteur du best-seller « Le Mystère français » Seuil, 2013 
 
 L’enquête de Hervé le Bras « Anatomie sociale de la France. Ce que les big data disent de nous » révolutionne notre conception des comportements sociaux et économiques des Français. Basée sur des corrélations inhabituelles, le croisement des données  par âge, sexe, éducation, origine – catégories qu’on a l’habitude de séparer – l’enquête aboutit à un portrait global de dix millions de ménages.

Parmi les CONCLUSIONS :
Selon Hérvé Le Bras l’héritage est la première cause des inégalités croissantes, y compris l’héritage du capital culturel :
« Une grande partie des étudiants de l'ENA sont des enfants d'énarques.»
 
L'amour n'est décidément pas aveugle : les cadres ne tombent pas amoureux/ses des ouvriers / ouvières, les diplômées épousent des diplômés.
 
Une première historique: Les femmes sont plus éduquées que les hommes. Mais le diplôme n'a pas donné aux femmes les positions socio-économiques qu'elles mériteraient.
 
Globalement la forte élévation du niveau éducatif entre 1975 et 1995 n'a pas trouvé de débouché sur le marché de l'emploi, entraînant des déclassements, du chômage et l'absence de perspectives de carrière.
 
La décorrélation croissante entre diplômes et emploi constitue un problème central qui alimente en priorité le vote Front national.
 
Il y a décidément contradiction entre ces observations et les opinions courantes du bistrot du coin ou sur les réseaux sociaux, l’ouvrage dérange, laissez-vous déranger ! Et venez débattre !