CE POPULISME QUI VIENT

Vendredi 13 janvier  2017, 19H45 
médiathèque Antony, 8 rue Maurice Labrousse, à 1mn de la gare d’Antony (parcours fléché), RER ligne B (20 mn de la gare du Nord)

Cycle: LE MONDE EN QUESTION
organisé et animé par RENCONTRES ET DÉBATS AUTREMENT 

THÈME : CE POPULISME QUI VIENT…
INVITÉ : Raphaël LIOGIER
, sociologue et philosophe, professeur à l’Institut des Sciences Politiques d'Aix-en-Provence et au Collège international de philosophie (Paris)

Bienvenu à cette conférence-débat avec notre invité R.LIOGIER. Le titre choisi  « Ce populisme qui vient  » est celui du livre prémonitoire de R.Liogier qui fait un tour d’horizon des pays d’ Europe où le populisme est en train d’accaparer  le pouvoir. Et pourquoi donc cette montée en puissance du populisme non seulement en Europe mais aussi aux Etats-Unis, première puissance du monde ? Justement parce que les populistes s’adressent au PEUPLE, cette « fiction » parée de toutes les vertus et toutes les vérités qui vont de soi sans qu’on l’ait à les définir », écrit R. Liogier. Et c’est ainsi que les populistes peuvent ratisser large, à droite comme à gauche. A droite le populiste  se dit « réactionnaire progressiste » et à gauche « progressiste réactionnaire »,  écrit-il.  Après il suffit qu’une «blessure identitaire» de la nation s’ajoute à une crise économique pour que les populistes aient le vent en poupe.

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet quelques mots de présentation sur R.LIOGIER, sociologue et philosophe, professeur à Sciences-Po à Aix-en-Provence où il a dirigé de 2006 à 2016 l'Observatoire du religieux. En cosmopolite il enseigne aussi bien à New York qu’au Collège International de Philosophie à Paris. Ce soir il nous parlera donc aussi du « Trumpisme », ce phénomène que personne n’a vu venir et qui a abouti à l’élection d’un milliardaire et star de la téléréalité à la tête du pays le plus puissant du monde.
 
R.Liogier est également auteur d’une quinzaine de livres dont voici quelques titres qui reflètent la diversité des sujets qu’il aborde :

À la rencontre du Dalaï-Lama
Une laïcité légitime 
Le Mythe de l'islamisation
La guerre des civilisations n'aura pas lieu
Sans Emploi – condition de l’homme postindustriel

Pour ce dernier ouvrage où il propose un revenu universel afin de résoudre le problème du chômage, nous l’avons d’ailleurs invité en novembre dernier.

Ce populisme qui vient
 est en fait un entretien avec l’anthropologue Régis Meyran dans la série « Entretiens du futur » des éditions Textuel, entretien d’autant plus stimulant que l’intervieweur porte souvent la contradiction à l’interviewé sur ce sujet épineux. Vous pouvez acquérir le livre à la fin du débat si les propos du conférencier vous interpellent.

Raphaël LIOGIER  à propos du populisme :
  
« Le populisme, c’est lorsqu’un individu s’exprime en lieu et place de la fiction du peuple. Le peuple, c’est un ensemble de classes sociales, de gens aux intérêts différents, des riches, des pauvres… Or d’un seul coup, avec le populisme, on se retrouve face à un « peuple total », qui serait pourvu d’un sens de la vérité inné – ce qu’on appelle le bon sens populaire. L’image du peuple est suffisamment imprécise, ce qui permet de rassembler en son nom, dans une atmosphère d’unanimisme, avec une invocation du bon sens et des valeurs populaires.
 Les populistes prétendent avoir accès à cette vérité « populaire » – opposée aux mensonges du « système ». 
 …
 Le populiste a besoin d’ennemis, de pointer du doigt ceux qui ne font pas partie du « vrai » peuple. Pour lui, certains prétendent être du peuple mais n’en sont pas. Ce sont notamment les minorités ethno-culturelles : ce sont des ennemis parce qu’ils nous infiltrent, prétendent être d’ici mais ne le sont pas vraiment. De ce point de vue, cela fonctionne aujourd’hui comme dans les années 1930. Changez les personnages, mettez « juif » à la place de « musulman », on retrouve la même chose. Les ennemis, ce sont aussi ceux qui « trahissent » : ces « salauds de Parisiens », les journalistes, les « bobos » multiculturalistes, les « élites », ceux qui font partie du système…. »     Le populiste contemporain «oppose la Vérité du peuple oppressé aux mensonges du système ».
   
 Enseignant non seulement en France, - à l’IEP d’Aix et au Collège International de Philosophie à Paris - mais aussi à l’université Columbia à New York, R. Liogier est bien placé pour parler aussi de la victoire du populiste Donald Trump aux élections américaines.
 
Voici ses propos à la RTBF juste après ces élections:
« Je crois qu'en définitive, Donald Trump a gagné parce que les candidats qui sont supposés être des candidats du système n'ont rien à proposer, que ce soit du côté des démocrates ou du côté des républicains. Aujourd'hui, on a des programmes politiques qui sont relativement vides, qui promettent, par exemple, le plein emploi, que ce soit à droite ou à gauche, et qui ne peuvent pas le tenir. Qu'ils soient socio-démocrates ou libéraux, ils sont à peu près pareils.
 
 Le programme de Donald Trump est vide aussi, mais c'est un programme réactif, anti-étrangers, anti-immigration,... C'est un programme qui ne s'exprime qu'en négatif,  alors que les candidats du système ne proposent rien en positif. Et Donald Trump répond à cette vision angoissée de la population ».