Erotisme et féminisme

Vendredi 18 mai à 19H40

SPECTACLE-DÉBAT

BETTY SPEAKS, Femme au foyer modèle ou stripteaseuse?
de et avec LOUISE DE VILLE, une star burlesque, féministe et féminine
Mise en scène : Fabienne Maître
Débat: Erotisme rime-t-il avec féminisme?

Invitée: Geneviève FRAISSE, philosophe
Nous sommes heureux de recevoir nos deux invitées, la comédienne et auteure Louise de Ville et la philosophe et ancienne députée européenne Geneviève Fraisse.

Après le spectacle elles débattront avec vous sur le thème : Erotisme rime-t-il avec Féminisme?
A 25 ans Louise de Ville est une jeune comédienne sulfureuse, décomplexée, joyeuse et insolente qui valorise le corps féminin et se dit féministe et féminine. « Ce n'est pas parce qu'on fait du burlesque que nous sommes des potiches. Nous sommes des femmes puissantes et on s'éclate à montrer notre sensualité. »
Geneviève FRAISSE, elle, a montré par son parcours qu’elle met la philosophie en acte par son engagement politique, afin que sa pensée ne reste pas désincarnée.
Louise de Ville est née au fin fond de la province américaine du KENTUCKY et est venue à Paris… pour faire « Science-po » et devenir diplomate, et a fini en stripteaseuse aux 3 Baudets, à l’Alcazar, au Petit Pigalle, en Suisse et ailleurs. Pour elle le porte-jarretelles et les talons aiguille sont une arme féministe.
Geneviève FRAISSE est venue au féminisme en Mai 68. Elle est non seulement chercheure au CNRS et auteure de nombreux livres sur le féminisme - les deux derniers étant LA FABRIQUE DU FÉMINISME (éditions Le passager clandestin, 2012) et A CÔTÉ DU GENRE (éditions  Le Bord de l’eau, 2010) – mais elle s’est aussi battue pour les droits des femmes en politique en tant que déléguée interministérielle aux droits des femmes dans le gouvernement Jospin (1997 à 1998) et comme députée européenne (1999 à 2004). Elle s’est engagée pour la loi sur la parité qui voit aujourd’hui un beau fleuron dans le gouvernement enfin paritaire de François Hollande.
Ce débat entre une néoféministe et une féministe de Mai 68 nous paraît être un débat intergénérationnel essentiel.
 
Betty Speaks! c'est Betty Cracker, le personnage unique de cette pièce décalée – entre théâtre et cabaret –, à la fois excentrique, sensible et plein d’humour. Cette jeune femme au foyer modèle et ingénue va partir à la recherche de sa personnalité, explorer la sexualité moderne, s'affirmer, et progressivement, par des tours de passe-passe et des stripteases, se révéler en féministe-féminine.

Louise de Ville, une star du burlesque pour qui le porte-jarretelles est la meilleure arme des féministes.
Elle s'appelle Louise. Louise de Ville.
From Louisville, Kentucky. Elle est grande. Elle est brune. Elle est belle avec ses faux-cils qui n'en finissent plus et des lèvres rouges paillettes. Si Louise de Ville a démarré sa carrière en danse et théâtre, le burlesque s’est vite imposé à elle. Elle crée un personnage qui ne la quittera plus : Betty. Une femme au foyer, archétype des années 50. "J’ai créé ce personnage drôle et glamour pour détruire tous les codes dans lesquels les femmes sont enfermées. Betty est une femme au foyer, une poule – poule pondeuse et poule de luxe. A travers ce spectacle je réalise le fantasme de chaque femme sur scène : tout à la fois fatale, sensuelle, glamour et drôle."

Une chose est sûre : pour se réaliser pleinement, pas besoin de prendre la place des hommes : "On peut être féministe et féminine. Ce n'est pas parce qu'on fait du burlesque que nous sommes des potiches. Nous sommes des femmes puissantes et on s'éclate à montrer notre sensualité. On nous vend du rêve avec les magazines féminins. Le burlesque permet de sortir du diktat selon lequel la femme belle est mince, jeune et blanche. La diversité, c'est ce qui est sexy".