George SAND, une vie de femme libre

Dimanche 2 Décembre 2012 à 15H

THÉÂTRE-DÉBAT
« SAND, prénommée George, ou l'Aurore d'une liberté… »
écrit et interprété par Pierrette DUPOYET 
DÉBAT avec Pierrette DUPOYET : GEORGE SAND ou comment échapper à son destin ?
UNE VIE DE FEMME LIBRE ET AVANT- GARDISTE
 

Cela fait 40 ans que Pierrette DUPOYET est sur les planches, c’est une fidèle au Festival d’Avignon depuis 30 ans . C’est là que Jean VILAR lui a remis en 1969 l’oscar de la création. Cette année elle y a présenté trois de ses seule-en-scène dont « L' en sursis » .
"Comédienne-sans-frontières", elle est l'une des seules comédiennes à représenter la France dans plus de 70 pays : dont le Bangladesh et les Emirats Arabes, l’Ukraine et l’Ethiopie.
Thème : George Sand est l'une des figures les plus avant-gardistes de l'époque romantique… Bien enracinée dans son siècle, autant à l'aise dans les salons que devant ses fourneaux, elle a mené une vie de femme libre et rebelle : elle fume le cigare, porte le pantalon, divorce, change de prénom et d’amants… Aimée de Musset et Chopin mais également choyée par des êtres plus discrets, comme un certain sculpteur Alexandre Manceau… George SAND a ouvert, pour elle et les autres, les portes de nombreuses cages.
BIOGRAPHIE
Aurore Dupin, née en 1804 est la fille d'un officier des armées impériales et d'une ouvrière en modes; Ce métissage social sera certainement pour beaucoup dans ses convictions démocratiques.  Elle épouse le baron Casimir Dudevant, dont elle a deux enfants, Maurice et Solange, mais se sépare de lui pour mener une vie indépendante.
Séparée, elle change son nom en George Sand pour écrire dans les journaux et gagner sa vie avec sa plume de journaliste : elle obtient une première collaboration régulière à La Revue des Deux Mondes , et devint une journaliste prolixe, aussi bien critique dramatique que critique littéraire ou critique picturale, elle écrit des grands articles politiques, des récits de voyage et même des nécrologies.
En avril 1848 elle lance un journal éphémère, La Cause du peuple, mais restera toujours une pacifiste convaincue. Après la série des romans “féministes ” des années 1832-1838 où elle revendique pour les femmes le droit au divorce et à l'égalité, elle publie des romans “socialistes ”. Au total elle a publié 63 romans et 18 pièces de théâtre en plus des écrits philosophiques et politiques .
Elle devient la célèbre femme de lettres qui tient salon à Paris et même au Berry.
A Paris elle tient salon à l'Hôtel de France, au 23, rue Laffite.
Pendant quelques années elle tiendra même un double salon avec la comtesse Marie d'Agoult. Parmi les hommes célèbres de l’époque elles recevront Victor HUGO, Heinrich HEINE, Eugène Delacroix, CHOPIN ou PAGANINI.
Puis dans son château berrichon de Nohant, elle reçoit entre autres Alfred de Musset, Frédéric Chopin, Liszt, Gustave Flaubert, Balzac, Tourgeniev, Théophile Gautier, sans oublier le sculpteur Alexandre Manceau, sa dernière liaison.
George Sand meurt à Nohant en 1876 à 72 ans.