Homo Ex Machina

Samedi 8 janvier 2012
Café de Société organisé par Rencontres et Débats Autrement, à la Médiathèque Arthur Rimbaud, Antony
« HOMO EX MACHINA » vu par la Science Fiction
INVITÉ : Alain DAMASIO : "Change - plutôt que tes désirs - l’ordre du monde. "
Alain Damasio, est né à Lyon en 1969 d’un père carrossier et d’une mère agrégée d'anglais. Il choisira plus tard de s’appeler DAMASIO en l'honneur de sa grand-mère Andrée Damasio. D’abord il apprend les règles du commerce dans les écoles d’élite HEC et l’ESSEC. Mais au lieu d’entrer dans le moule d’un dirigeant d’entreprise en herbe il choisit de s’isoler, d’abord dans le Vercors, puis en Corse, pour écrire son premier roman LA ZONE DE DEHORS, roman d’anticipation politique et livre de combat contre nos sociétés de contrôle, celles que nos gouvernements, nos multinationales, nos technologies et nos médias nous fabriquent. Il s’inspire des travaux de Michel Foucault et Gilles Deleuze,.
Pendant une année il doit s’interrompre d’écrire pour travailler, parce qu’il n’a plus de quoi vivre. Puis, à 26 ans , il réussit à faire publier ce premier roman chez un petit éditeur, Cylibris.  Aussitôt il se replonge dans l’écriture dont il n’émergera qu’au bout de 7 années consacrées à son 2e livre La Horde du Contrevent. C’est  une sorte d’immersion au cours de laquelle il retravaille ses philosophes préférés, Deleuze, Nietzsche, Foucault et Sartre. Après cette longue période d’effort et d’isolement il se voit refuser son manuscrit par tous les éditeurs  sous prétexte que son roman est trop complexe, trop polyphonique, trop épais. Il risquait gros de l’enterrer dans ses tiroirs – jusqu’au jour où Mathias ECHENAY, travaillant à l’époque chez Flammarion,  décide de se lancer dans l’aventure. C’était un amoureux de la Zone du dehors, et il  prend le risque de publier la Horde du Contrevent en fondant sa propre maison d’édition qu’il appelle la Volte, d’après le mouvement de la Volte dans la Zone du Dehors. Effet surprise : LA HORDE a un succès immédiat auprès du public et des critiques. Ce roman atypique obtient le Grand Prix de l'Imaginaire 2006.
 Alors Mathias Echenay, décide de rééditer LA ZONE DU DEHORS - en grand format et en folio.  Et il publie La HORDE du Contrevent en grand format accompagné d’une bande-son - la musique est  composée par Arno Alyvan, le texte est d’Alain Damasio – et également en livre de poche.
Aujourd’hui Alain Damasio ne se consacre non seulement  à son 3e roman qui s’appelle « Les furtifs », mais aussi à une bande dessinée pour laquelle il a fourni le texte. Il a aussi écrit des nouvelles pour  un recueil collectif : «17 mauvaises nouvelles d'un futur bien géré». Un autre recueil paraîtra prochainement.
Par ailleurs le studio d’animation Forge travaille actuellement sur l’adaptation au cinéma de la Horde du Contrevent qui deviendra, si le financement n’est pas trop lourd, un film d’animation en 3D et en anglais qui aura pour titre « Windwalkers ».
Alain Damasio est aussi devenu le cofondateur d’un studio de jeu vidéo, DONTNOD. C’est lui qui a écrit le scénario et a créé les personnages. Il se réjouit de contribuer ainsi à ce qu’il appelle « l’art populaire par excellence du XXIe siècle » - qu’il ne s’agit pas de « laisser seulement aux mains des multinationales» - et  à l’éducation de l’imaginaire des jeunes générations.
Voilà le récit d’une véritable success-story d’un loup solitaire qui si nourrit de la pensée des philosophes, y compris celle des philosophes contemporains comme Peter Sloterdyjk, Miguel Benasayag ou Bernard Stiegler qui pensent les nouvelles technologies et le rapport de l’homme à la machine et à la technique.
Et c’est de cela qu’il sera question dans sa conférence sur « Homo ex Machina » (l’homme issu de la machine) illustrée par des extraits de films de SF tels que Odyssey 2001 (Stanley Kubrick, 1967), StarWars (Georges Lucas, 1977), Matrix (les frères Wachowski, 1999),  Blade Runner (Ridley Scott, 1982), Avatar (James Cameron, 2005) ou Sleep dealer (2008).

Si j’avais le temps je demanderais à A. Damasio :
À quoi ça sert d’écrire de la SF aujourd’hui ?

A.Damasio: “Aujourd’hui, ce qui manque, très crûment, c’est une œuvre politique SF qui traverse notre génération et qui soit capable de déchiffrer notre monde. Ce qu’ont fait un Deleuze ou un Baudrillard en philosophie. La SF a vocation à penser son temps (avec et contre son temps) à en sentir les inflexions, les perspectives, les trous noirs et à ouvrir un avenir qui soit vivable.”