L'Etranger de Albert CAMUS

Mercredi 23 octobre 2013

THÉÂTRE-DÉBAT

Théâtre de la Vieille Grille, 1 rue Puits de l'Ermite, 75005
métro Place Monge ou Censier-Daubenton

L’ETRANGER de CAMUS, création Festival Avignon

mis en scène et interprété par Pierrette DUPOYET

Spectacle suivi d’un  DÉBAT avec la comédienne:

L’ÉTRANGER
Fascinante parabole sur la Justice…Le héros est un assassin. Il n’a pas été guidé par un instinct meurtrier mais tout l’accable sous le prétexte que, n’ayant pas pleuré à l’enterrement de sa mère il est considéré comme un  monstre (!)… Nous sommes entraînés dans l’engrenage d’une justice subjective cherchant à démontrer l’insensibilité (donc la culpabilité !)  d’un accusé.      

Pierrette DUPOYET
Ambassadrice déléguée par le Ministère des Affaires étrangères pour représenter la littérature française dans plus de 70 pays (de la Norvège à l'Australie, de la Pologne au Gabon, de Madagascar à l'Egypte, Malte, Fidji, Roumanie, Ecosse, Nouvelle-Zélande, Liban, U.S.A, Bulgarie, Bangladesh, Cameroun, Seychelles, Ukraine, Ethiopie, Israël, Azerbaïdjan, etc.).

Ses engagements: Elle est présente aussi bien dans les prisons que dans les écoles et anime   régulièrement des Stages d'Expression Libre (Méthode Stanislavski: basée sur la Mémoire émotionnelle affective et la Vérité du Ressentir).

Presse: «Pierrette Dupoyet sait faire entendre les coeurs purs… Elle convie l’auditoire dans l’envoûtement latent d’un meurtrier… Les scènes sont enveloppées d’un relief impressionnant… Camus est très bien servi par une interprète à la présence scénique forte…A voir absolument ! »

LA VIE DE CAMUS en quelques dates clé

Albert Camus, né le 7 novembre en 1913 en Algérie d’un père ouvrier et mort au front de la 1ère guerre mondiale, et d’une mère analphabète et presque muette. Son père est d'origine alsacienne et sa mère d'origine espagnole. Orphelin de père, il grandit entre deux femmes, sa grand-mère illettrée et fouettarde et sa mère analphabète et quasi muette à qui il est très attaché. Il sera à jamais redevable à son instituteur qui a insisté auprès de la famille pour que son élève poursuive ses études au lycée et obtienne une bourse. Il obtient le bac et entre à HYPOKHÂGNE. Pour économiser l’argent des transports Camus vit alors chez son oncle boucher dans un quartier populaire d’Alger où il découvre le bonheur de la littérature, car cet oncle - lui aussi quasi muet – est lecteur de Gide et possède une bibliothèque. Habitué au silence de son entourage, le langage pour Albert Camus est une véritable conquête. Il obtient une licence et un D.E.S.S de philosophie, mais ne peut se présenter à l’agrégation pour cause de tuberculose qu’on a diagnostiqué dès 1930.. Or pour l’agrégation un certificat médical de bonne santé est nécessaire.
Exit une carrière académique de professeur.
Pour subvenir à ses besoins et ceux de sa famille - il se marie tôt et aura deux enfants, Catherine et Jean - il devient journaliste à COMBAT, à l’Express et à ALGER RÉPUBLICAIN…
En 1943 il s’engage dans la résistance.
Après la guerre il devient l’ami de Sartre.
En 1952, en pleine guerre froide et pour des raisons idéologiques, c’est la brouille avec Sartre. Il quitte la rédaction des Temps Modernes, la revue du clan sartrien.
En 1957 il obtient le prix NOBEL de littérature. Lors de la remise du prix il répond à la question d’un journaliste: « je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice ».
Le 4 janvier 1960 il meurt à 47 ans dans un accident de voiture dans l’Yonne.

Sa prise de conscience de l’absurde de la condition humaine, tel qu’il l’exprime dans l’ETRANGER, LE MYTHE DE SISYPHE, la CHUTE ou CALIGULA est certainement liée à la maladie dont il est atteint dès son plus jeune âge.
Voici une boutade de CAMUS dans une interview en 1955 à propos de l’ÉTRANGER: "Dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort. »
De l’engagement à l’absurde
L’homme est "condamné à être libre", l’homme ne doit pas se laisser enfermer dans des valeurs aliénantes et fausses, mais il doit, au contraire, s’inventer à chacun de ses actes, donner lui-même sens aux situations auxquelles il est confronté. L’homme est donc responsable; l’acte « authentique » est celui par lequel il assume sa situation et la dépasse en agissant.
De là découle la nécessité de l’engagement politique
Les représentants les plus connus du roman entre engagement, existentialisme et absurde sont Jean-Paul Sartre et Albert Camus.