Le sens du travail

Mardi 23 avril à 19H15

6e rencontre-débat de l’ Université Populaire: DEMAIN, QUELS HUMAINS ?

Mairie 2e, 8, rue de la Banque, métro Bourse

THÉME : COMMENT SORTIR DU MAL-ÊTRE AU TRAVAIL? A la recherche du SENS PERDU......

Invités :  Vincent de GAULEJAC, psychosociologue, Antoine MERCIER, journaliste à France-Culture  

Co-auteurs du Manifeste pour sortir du mal-être au travail, éditions Desclée de Brouwer, novembre 2012

Qui sont les co-auteurs ? Antoine Mercier travaille depuis trente ans à Radio France et est aujourd’hui journaliste à France Culture ou il présente le journal à 12H30 tous les jours. Vincent de Gaulejac est psychosociologue, professeur à Paris VII-Diderot, où il dirige le Laboratoire de changement social.  Il est un des principaux représentants français de la sociologie clinique qui prend en compte les parcours individuels à partir des récits de vie, il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont les plus récents sont « LA SOCIÉTÉ MALADE DE LA GESTION » paru en livre de poche au Seuil (8,50 E) , vidéo :  HYPERLINK "http://rencontres-et-debats-autrement.org/index.php?page=vincent-de-gaulejac" http://rencontres-et-debats-autrement.org/index.php?page=vincent-de-gaulejac « INTERVENIR PAR LE RÉCIT DE VIE » (sous sa direction), « LA LUTTE DES PLACES », « LE COÛT DE L’EXCELLENCE », ou  « TRAVAIL, LES RAISONS DE LA COLÈRE »

Pourquoi choisir le TRAVAIL comme sujet pour une UP qui a pour thème: DEMAIN, QUELS HUMAINS ? Justement parce que le monde change et le travail devrait changer aussi - rien que par le fait qu’il se raréfie suite à la robotisation. Il faut non seulement s’adapter à ces changements mais aussi avoir une vision du monde dans lequel nous voulons vivre, au lieu de laisser les décideurs décider à notre place. Les avancées techniques devraient nous donner beaucoup plus de temps libre et rendre le travail plus facile. Nous ne sommes plus à l’époque de « Germinal » de Zola. Alors comment se fait-il que les gens ne sont quand même pas heureux au travail ? Les dépressions, burn-out, voire les suicides en disent long. Quelles sont ces méthodes du nouveau management qui les accablent ? Est-ce l’exigence du toujours +, la course à la performance et à l’excellence, la frénésie de l’évaluation qui les épuisent ? La pression est implacable. La pénibilité physique s’est transformée en stress psychologique. Quand ils ont rempli leurs objectifs de l’année, les objectifs de l’an prochain seront un cran au-dessus et ainsi de suite. Les nouveaux managers leur disent : chacun de vous est capable de devenir un « battant » ou un « gagnant » ! est en En réalité c’est impossible, car il n’y a pas de place pour tout le monde en haut de la pyramide. Conséquence : ceux qui n’y arrivent pas s’accusent eux-mêmes de ne pas être à la hauteur, les autres ont l’angoisse de s’y maintenir.

Et cela n’est pas la seule raison du mal-être. Il y a aussi la perte de sens. Beacoup se demandent : pourquoi travaillons-nous ? Quel sens a notre travail dans un monde qui ne va pas mieux pour autant ? Les inégalités augmentent, la pauvreté aussi, et le problème basique de la faim dans le monde est loin d’être réglé. Une entreprise, privée ou publique, ne devrait-elle pas d’abord construire une société plus agréable et contribuer à notre bien-être plutôt qu’à notre mal-être ? Autrement dit, est-ce que ce n’est pas à l’entreprise de se mettre au service de l’homme, au lieu de mettre l’homme au service de l’entreprise ? Mais  les nouveaux managers ne l’entendent pas de cette oreille. En parlant de « ressources humaines » comme de ressources de pétrole, ils ne laissent aucun doute que le « capital humain » doit être rentabilisé au maximum - au service de l’entreprise bien sûr. Sinon il devient « jetable ». C’est une logique à l’envers dont une majorité semble s’accommoder. Ce qui n’est pas le cas de nos auteurs qui vont vous présenter leur manifeste en deux parties : 1) les Causes du mal-être au travail  2) quels sont les moyens d’en sortir ?

Ne laissez pas les choix qui nous attendent se faire sans vous. Une Université Populaire est aussi une école de liberté et de responsabilité!