Les mathématiques autrement

Samedi 2 février 2013

Café Société à la médiathèque Anne Fontaine d’Antony
 
THÈME: LES MATHEMATHIQUES AUTREMENT
"A QUOI BON APPRENDRE LES MATH'?"
 
Invité : Jean-Pierre LE GOFF
 

 

Présentation
La séance d’aujourd’hui est un défi. Si vous faites un petit sondage dans votre entourage vous allez voir que la plupart des personnes n’aiment pas les mathématiques et se demandent même : à quoi ça sert d’apprendre les math’ ? Ce à quoi JP Le Goff répond qu’on peut donner le goût des mathématiques en les enseignant autrement. Dans les cafés société on n’a pas l’ambition de devenir expert en la matière, on veut juste comprendre pourquoi les mathématiques sont si importantes pour appréhender le monde – Galilée n’aurait pu s’en passer pour démontrer que c’est la terre qui tourne autour du soleil et non le contraire. Aussi nous voulons comprendre le rapport entre les mathématiques et les autres sciences, ou encore de comprendre pourquoi les mathématiques sont obligatoirement abstraites. Quand notre prix Nobel en mathématiques, le jeune Cédric Villani, démontre que l’abstraction ouvre la porte à l’universel, on le comprend. Alors peut-être nous allons comprendre des choses plus compliquées encore avec J-P Le Goff.
Avant qu’il ne se mette à vous faire ses démonstrations je tiens à vous le présenter.
J-P LE GOFFenseigne depuis 2002 l’histoire des sciences mathématiques à l’Université Populaire de Michel Onfray à Caen, précisément au Musée des Beaux-Arts de Caen. De ce fait il donne également des conférences au Théâtre du Rond Point à Paris. Ses cours ou conférences portent en particulier sur l’histoire des mathématiques qui sont au croisement de beaucoup d’autres disciplines comme l’histoire des arts ou de l’architecture. Les rapports entre sciences mathématiques et arts sont nombreux, la perspective est un bon exemple, ce sont d’ailleurs les peintres qui l’ont découverte les premiers. La Renaissance est l’époque de l’interdisciplinarité entre sciences et arts. On sait que Leonardo da Vinci était à la fois peintre et homme des sciences, et que le peintre allemand Albrecht Durer était aussi géomètre.
JP Le Goff est également co-auteurd’un ouvrage paru en janvier 2013 aux éditions Autrement : « Le canari du nazi. Essais sur la monstruosité » où il signe un article : "Quand la raison vacille : démon(s)trer l'incongru".
Le credo de cet enseignant pas comme les autres est que les mathématiques devraient inspirer le désir d’apprendre et s'enseigner pour contribuer à la compréhension du monde, au développement du raisonnement déductif et à l'autonomie du jugement.
Il sait parler du nombre d'or, des polygones réguliers et polyèdres platoniciens, du ballon de football et des questions topologiques, du ruban de Moebius et de la bouteille de Klein autant que du rôle des proportions en peinture et ailleurs, sans ennuyer son public. C’est ce qu’il a fait depuis dix ans à l’UP de Caen ou cette année au Théâtre du Rond Point à Paris devant des auditeurs non initiés et néanmoins conquis.