LES ROBOTS AVEC NOUS OU SANS NOUS

Samedi 22 avril 2017, 10H15 

médiathèque Anne Fontaine à Antony, 8 rue Maurice Labrousse, à 1mn de la gare d’Antony (parcours fléché), RER ligne B (20 mn de la gare du Nord)

CYCLE: LE MONDE EN QUESTION

THÈME : LES ROBOTS AVEC NOUS, OU LES ROBOTS SANS NOUS ?
 
INVITÉ, PAUL JORION ,
 anthropologue, sociologue de formation, en ancien trader il a travaillé sur l’Intelligence Artificielle (IA) pour une banque américaine, lanceur d’alerte, auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont les deux derniers : « Le dernier qui s’en va éteint la lumière » (paru en poche mars 2017) et « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (mars 2017).
C’est aussi un blogueur à succès et un lanceur d’alerte. 

Paul Jorion a annoncé la crise financière bien avant qu’elle n’éclate en 2008. Aujourd’hui il met en garde contre l’extinction de l’humanité. Il estime que l’homme est à la fois génial et stupide. Seuls les génies peuvent inventer des machines plus intelligentes qu’eux-mêmes. N’est-ce pas génial d’avoir inventé des engins  capables de nous libérer du “travail tripalium”, de toutes ces tâches répétitives et fastidieuses qui nous empêchent de déployer notre créativité ? Mais n’est-ce pas stupide d’inventer une Intelligence Artificielle qui dépasse l’intelligence humaine jusqu’à être capable de nous dominer ?
Pour  Paul Jorion le moment de la SINGULARITÉ est imminent. C’est ainsi qu’on appelle le tournant de la prise de pouvoir de l’IA sur les humains. Selon lui le problème de la prise de conscience des robots n’est qu’une question de quelques années, le temps de mettre au point le bon logiciel qui fait éprouver aux robots affects et émotions.
 
De toute évidence le genre humain ne parvient pas à se représenter certaines choses dont sa propre extinction collective. Déjà avec la mort nous avons du mal. Toutes les civilisations ont construit des récits pour inventer une autre vie – le paradis, la réincarnation…..  De même l’homme actuel n’arrive pas à concevoir qu’il est lui-même responsable de la destruction de la planète et de ses ressources vitales.
 
En attendant cette catastrophe, Paul Jorion propose des solutions pour le temps qui nous reste avant que les robots ne nous remplacent entièrement au travail et ailleurs. Il faudrait introduire une TAXE sur tous les robots, logiciels et IA qui remplacent les salariés pour qu’ils puissent  bénéficier de cette taxe au prorata de leur remplacement progressif.
 
Au lieu d’un revenu universel il propose la GRATUITÉ de ce qui est INDISPENSABLE pour vivre (l‘alimentation, transports, santé, logement).
 
Aussi se demande-t-il pourquoi les économistes orthodoxes s’acharnent à définir les minima sociaux sans jamais poser la question des maxima sociaux pour un meilleur partage des richesses.