Quel avenir pour l'étonnement ?

THÉATRE DÉBAT à l’HÉLICON CAFÉ 

QUEL AVENIR POUR L’ÉTONNEMENT? conférence extravagante du professeur Pierre CLEITMAN suivi d’un DEBAT avec le philosophe Gérard RABINOVITCH sur L'Humour, la Philosophie et l’Étonnement.
 
l’HUMOUR n’est pas vraiment la tasse de thé des philosophes, à quelques exceptions près comme DIOGÈNE le Cynique d’Athènes, celui qui a vécu dans un tonneau, se masturbait en public et parcourait les rues d’Athènes avec une lanterne « à la recherche d’un homme » comme il disait. Puis il y a Henri Bergson qui a écrit très savamment sur LE RIRE, mais qui ne fait pas vraiment rire.
Nous sommes d’autant plus contents de vous présenter un humoriste philosophe dont les textes sont un concentré d’humour et de philosophie. Ils sont d’ailleurs édités sous forme de livre aux éditions de l’Amandier dans la collection des carnets du Rond-Point.
PIERRE CLEITMAN est auteur, comédien, musicien et un passionné d’histoire et de philosophie. Il a présenté ses CONFÉRENCES EXTRAVAGANTES au théâtre du ROND POINT dans le cycle consacré au Rire de Résistance en 2007, dont justement QUEL AVENIR POUR L’ÉTONNEMENT? et LE SENS DE L’HUMOUR CHEZ DESCARTES - présenté aussi aux Rencontres et Debats Autrement le 25 janvier dernier - puis des titres aussi drôles que Le Yin et le Yang dans les relations franco-allemandes, ou L’Amour platonique dans les trains.
Pierre Cleitman partage sa vie entre Paris et BÂLE, et c’est peut-être en Suisse qu’il a attrapé son humour laconique et pince-sans-rire propre aux Suisses comme aux Britanniques.
 
Notre deuxième invité est le philosophe GÉRARD RABINOVITCH, qui est chercheur au CNRS en philosophie politique dans le sillage des philosophes de l’École de Francfort, de Hannah Arendt, Walter Benjamin, Ernst Bloch ou Siegfried Kracauer.
Son dernier livre porte sur l’humour juif avec ce titre en clin d’oeil : COMMENT Ça VA MAL? paru aux éditions BREAL en décembre dernier. C’est un florilège d’histoires sur la vie de couple et la vie quotidienne, histoires truffées d’humour, où l’humour sert de rempart contre l’adversité.
 
Quant à l’étonnement il est vraiment au cœur de la philosophie. Sans étonnement, pas de questionnement, sans questionnement pas de philosophie. Socrate est le premier à avoir introduit ce questionnement sous forme de dialogue – la maïeutique – en s’adressant aux citoyens d’Athènes. Dommage que nous perdions petit à petit le sens inné de l’étonnement dont chaque enfant fait preuve. Qui s’étonne encore aujourd’hui de voir tant de gens sans travail, alors qu’il y aurait tant de besoins à satisfaire ? Qui s’étonne de voir des gens qui ont faim ou sont sans domicile fixe dans un monde d’abondance et de gabegie ? Qui s’étonne encore devant des femmes en burqa et en chaussettes de laine quand il fait 30° à l’ombre ?
Il faudrait recommencer à réfléchir et à se poser des questions, ce à quoi vous invitent ces Rencontres et Débats Autrement, en particulier avec un invité aussi exceptionnel que Pierre Cleitman.