POURQUOI TOUJOURS PLUS POUR LES RICHES

Mardi 20 mars 2018, 19H15

Bar La COLONIE, 128, rue Lafayette, Paris 10e, métro Gare du Nord, Prendre une consommation au bar du R-ch avant de monter au 1er étage (prix doux entre 19H et 21H30)

RENCONTRE-DÉBAT SUR LA RICHESSE

THÈME : POURQUOI TOUJOURS PLUS POUR LES RICHES ?

Invités: le philosophe Pierre DARDOThttp://rencontres-et-debats-autrement.org/index.php?page=pierre-dardot-2 

et léconomiste Dominique PLIHONhttp://rencontres-et-debats-autrement.org/index.php?page=dominique-plihon 

Co-auteurs du livre collectif d’Attac : « TOUJOURS PLUS POUR LES RICHES : Manifeste pour une fiscalité juste » paru janvier 2018 aux éditions Les Liens qui Libèrent (LLL)

Exemples de Richesse :

En 2017 les riches sont de plus en plus riches. Chaque minute de son existence, à la tête de son groupe Amazon, Jeff Bezos gagne l'équivalent de 54 000 euros. Avec plus de 100 milliards de dollars il est devenu l'homme le plus riche du monde et devance pour la première fois Bill Gates, le fondateur de Microsoft à la tête de 91,3 milliards de dollars. En troisième position, le financier Warren Buffett pèse 85 milliards de dollars.

Les 500 personnes les plus riches du monde empochent la somme astronomique de 5 400 milliards de dollars. C'est deux fois le PIB de la France. Cette augmentation de 1 000 milliards en un an, +23%, s'explique par la flambée des bourses mondiales.

Pourquoi toujours plus pour les riches ?

Bienvenus à cette rencontre-débat sur un thème sulfureux : Pourquoi toujours plus pour les riches ? Manifeste pour une fiscalité juste ».

Nous sommes très heureux d’avoir comme invités pour le débat autour de ce livre collectif d’Attac le philosophe Pierre DARDOT et l’économiste Dominique PLIHON. Le livre est publié aux éditions LES LIENS QUI LIBÈRENT - quel programme ! ATTAC – pour ceux qui ne la connaissent pas – est une association internationale qui lutte contre le pouvoir de la finance et les multinationales. En cette année 2018 elle fête ses 20 ans et estprésente dans 40 pays du monde

Un débat entre un philosophe et un économiste, ce n’est pas si fréquent!  Mais rassurez-vous, ils sont sur la même longueur d’onde, puisqu’il s’agit d’un livre écrit à plusieurs, sous la direction de D. Plihon. P.Dardot a rédigé la partie introductive.  D’ailleurs aux R&DA nous avons comme habitude d’inviter des auteurs et penseurs qui pensent le monde « autrement ». Et ATTAC a justement comme  credo : « un autre monde est possible ». Nous y souscrivons.

Avant que  nos invités prennent la parole je vous les présente succinctement:

Dominique PLIHON est professeur émérite d'économie financière à l'Université Paris XIII,  porte-parole d’Attac et membre de son Conseil scientifique.

En tant qu’économiste « alternatif » il  est membre de rédaction de la revue « ECONOMIE ALTERNATIVE » et fait aussi partie  de la revue « Les ÉCONOMISTES ATTERRÉS » sans oublier ses contributions au magazine « POLITIS ». Parmi ses livres je ne cite que “Le nouveau capitalisme” paru à La Découverte, 2016

Pierre DARDOT est philosophe, enseignant et chercheur au laboratoire Sophiapol de l’Université Paris Ouest Nanterre. Il est notamment l'auteur, avec Christian Laval de : Commun – Essai sur la révolution du XXIème siècle(La Découverte, mars 2014) , Que devient donc le COMMUN dans une société de plus en plus inégalitaire ?

Il est aussi auteur de « La NOUVELLE RAISON DU MONDE. Essai sur la société néolibérale( (2009), une critique radicale du système néolibéral, encore renforcée avec un autre titre paru en 2016 « Ce cauchemar qui n’en finit pas ».

Un mot sur cet ouvrage collectif écrit pour les non spécialistes, de façon limpide et sans ce jargon impénétrable de certains économistes.

Il s’oppose aux idées reçues telles que les entreprises croulent sous le poids des impôts, alors qu’en réalité elles sont assistées par l’Etat. Il révèle l’injustice sociale, y compris des réformes d’E.Macron et présente des contre-proposition pour réduire les inégalités et protéger la planète, mettre fin à l’impunité des fraudeurs, contraindre les multinationales de payer leurs impôts.