L'Horizon des Possibles

Mardi 24 Juin 2014

L’Université Populaire, Conférence-débat: DEMAIN, QUELS HUMAINS?
Mairie 2e, 8, rue de la Banque, métro: Bourse, salle des Expositions
Thème: L’HORIZON DES POSSIBLES POUR UN MONDE POSTCAPITALISTE
Invités
: Jérôme BASCHET, historien, auteur de “Adieux au capitalisme”, La Découverte, 2014

  Anselm JAPPE,philosophe, auteur de “Crédit à mort”, éditions “Lignes”, 2011

Bienvenus à la dernière séance de ce cycle de 16 conférences-débats placés sous le thème général « DEMAIN, QUELS HUMAINS? » que nous terminons avec un sujet inspirant pour le monde de demain qui ouvre l’ horizon des possibles pour un monde postcapitaliste. Car nous ne sommes plus à l’époque où Margaret Thatcher martelait : « there is no  alternative ! » (il n’y a pas d’alternative). Nos deux invités se rejoignent dans la critique radicale du capitalisme et pensent que le monde peut fonctionner « autrement ». Jérôme Baschet, historien, a écrit un livre au titre audacieux « Adieux au capitalisme » et Anselm JAPPE, philosophe allemand, a écrit « Crédit à mort » et affirme que la crise que nous traversons  n’est pas seulement économique, mais aussi anthropologique, écologique et énergétique et que nous risquons de nous auto-détruire. Alors bienvenus à ceux qui osent penser le monde « autrement »
Il est plus aisé de trouver des auteurs qui suggèrent des réformes du système actuel, mais rares sont ceux qui proposent d’en sortir tout en donnant l’exemple, comme le fait Jérôme Baschet,  d’une autre organisation sociétale possible qui a fait ses preuves depuis 20 ans, basée sur l’auto-organisation et l’abolition de l’Etat. Il s’agit de la rébellion zapatiste du CIAPAS au Mexique qui a donné lieu à cette nouvelle forme sociale, où le « bien-vivre » et la qualité de vie ont remplacé la quantification marchande. Les “Conseils de bon gouvernement” élus ont pour devise: “Commander en obéissant”. Cette nouvelle forme du vivre ensemble se déroule sur un territoire grand comme la Belgique. Jérôme BASCHET sait de quoi il parle. Il vit au Ciapas depuis 17 ans où il enseigne à l’Université Autonome de la Terre à San Christobal de las Casas. Il est également maître de conférences à l’EHESS. De manière emblématique son livre est paru dans une nouvelle collection de l’édition La Découverte intitulée «L’HORIZON DES POSSIBLES».
Anselm JAPPE est philosophe, né à Bonn en Allemagne, il a passé son adolescence à Cologne et au Périgord et fait ses études à Rome et à Paris. C’est un polyglotte européen qui qui parle couramment français, italien et allemand et enseigne en France et en Italie. Ancien membre du groupe Krisis en Allemagne il s’est beaucoup inspiré de Robert Kurz et de sa critique de la valeur. En France il est connu pour son livre remarqué sur Guy Debord et celui plus récent qui s’appelle « Crédit à mort », où il avance une critique radicale du capitalisme avec son «fétichisme de la marchandise» et la nécessité d’un travail pour produire des choses dont nous n’avons pas besoin dans des usines qui polluent tout en épuisant les ressources de la planète . Il écrit : «Dans la société capitaliste, toute production ne sert qu’à transformer une somme d’argent dans une somme plus grande d’argent. La création d’argent est devenue la seule finalité de la vie sociale. Une telle société ne peut qu’être malheureuse.”  

QUESTIONS :
- Comment se règlent les conflits au Ciapas ?
- Aussi les conflits entre zapatistes et non zapatistes ?
- Ce modèle sans hiérarchie n’est-il pas conçu pour des citoyens vertueux ?
- Comment s’organise l’enseignement et la recherche ?
- Qu’est-ce qui fait que ça résiste ?