La confiance

Vendredi 17 déc. à 19H15
Café du Pont Neuf
INVITÉE : Michela MARZANO, philosophe, auteure « Le contrat de défiance » (oct.2010)
SUJET : COMMENT PASSER DE LA CONFIANCE EN SOI A LA CONFIANCE EN L’AUTRE ?
Michela Marzano est philosophe et depuis 2010 professeure de philosophie à l'Université Paris-V Descartes, elle dirige par ailleurs la collection LA CONDITION HUMAINE aux PUF et est l’auteure d’une quinzaine d’ouvrages dont je ne citerai que quelques titres. Pour ses quatre livres les plus récents nous l’avons invitée au rythme de ses publications, à savoir une ou deux par an. La dernière fois c’était donc à propos de son essai sur (Visages de la Peur), puis en 2008 pour son livre sur le management ( Extension du domaine de la manipulation, de l’entreprise à la vie privée), en 2007 sur la , à savoir ces vidéos de mise à mort qui circulent sur Internet et qui ont un public de plus en plus large. Nous l’avons également invitée pour . Puis il y a encore des titres emblématiques comme ALICE AU PAYS DE LA PORNO, JE CONSENS, DONC JE SUIS, puis un essai sur la FIDÉLILTÉ et l’amour. Mais Michela Marzano est avant tout connue pour avoir dirigé le DICTIONNAIRE DU CORPS. Aujourd’hui nous allons parler de son dernier ouvrage LE CONTRAT DE DÉFIANCE qui est en fait une réflexion philosophique sur la confiance.
En novembre nous avons parlé de l’empathie avec Serge TISSERON, pédopsychiatre et psychanalyste, et évidemment il y a une relation entre les deux sujets, empathie et confiance, qui sont comme deux maillons manquants dans notre société actuelle qui prône l’individualisme, le chacun pour soi, l’autonomie et la confiance en soi. Et c’est précisément pour cela que nous avons choisi comme thème du débat : COMMENT PASSER DE LA CONFIANCE EN SOI À LA CONFIANCE EN L’AUTRE ?
Dans les nouvelles méthodes de management il est beaucoup question de confiance en soi, celle du chef p.ex. qui doit inspirer confiance en croyant en lui-même pour engendrer une dynamique du gagnant-gagnant. Mais ceux qui n’ont pas une mentalité de chef sont plutôt paralysés par la peur d’être au-dessous des performances demandées et du Zéro Défaut exigé. Les crises chez Renault, Peugeot ou France TÉLÉ COM avec leurs suicides en série ne sont pas vraiment un phénomène de «mode » mais témoignent d’une crise de confiance en soi et en l’autre.
D’après Freud et du point de vue psychanalytique, tr ès bien analysé dans le livre de Michela Marzano, la confiance en soi est nécessaire pour pouvoir faire confiance aux autres. Le bebé doit passer de la confiance AVEUGLE en ses parents à une confiance d’ADULTE qui passe par la séparation et l’autonomie - donc l’acquisition de la confiance en soi - pour ensuite pouvoir construire des relations durables et confiantes avec les autres.
Mais cette confiance d’adulte n’est pas sans risque, elle ressemble plutôt à un pari sur l’autre. En accordant sa confiance à quelqu’un il vaut mieux être conscient que l’autre peut abuser de notre bonne foi. Ce n’est pas une relation donnant-donnant, mais une relation qui risque de rester asymétrique. Cependant, nous explique Michela Marzano, sans cette confiance on ne peut s’ouvrir aux autres ni aux champs des possibles.
Elle illustre sa thèse avec de nombreux exemples de films, l’exemple positif de ONE MILLION DOLLAR BABY de Clint Eastwood, ou l’exemple négatif du RUBAN BLANC de Michael Haneke, où la confiance d’un enfant est trahie par son père.
Ce plaidoyer pour la CONFIANCE m’inspire cependant quelques questions : En ces temps de crise – crise bancaire, crise politique, crise écologique, où les hommes politiques ont recours au mensonge et ne pensent qu’au court terme, et où les chefs des grandes multinationales comme BP ou Nestlé ou encore Monsanto cherchent à dissimuler leur impact destructeur sur l’écosystème – est-ce que le citoyen ne devrait pas plutôt apprendre à se méfier au lieu de faire confiance à ceux qui nous gouvernent ? Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux développer l’esprit critique que miser sur la confiance ?