Le pouvoir

Mercredi 12 Janvier 2011 à 19H15
CAFE DU PONT NEUF
Sujet: LE POUVOIR, C’EST QUOI AU JUSTE ?
INVITÉ:  Charles PEPIN, philosophe

Pour la présentation de notre jeune philosophe je commencerai – une fois n’est pas coutume – par deux ou trois choses personnelles : Charles PÉPIN a 37 ans, il vit séparé et a trois enfants dont il s’occupe comme un vrai « nouveau père ». C’est d’ailleurs pourquoi il doit partir avant 21H30, parce que son fils est tombé malade.
Notre invité enseigne la philosophie au lycée de Saint Denis et à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.
Ce qu’on sait moins c’est qu’il est aussi romancier. A 26 ans il publie son premier roman "Descente", suivi en 2002 par «Les infidèles ».
Ce n’est qu’en 2006 que paraît son premier essai philosophique chez Flammarion: "Une semaine de philosophie" qui a tout de suite du succès.
En 2008 il publie « LES PHILOSOPHES SUR LE DIVAN. QUAND FREUD RENCONTRE PLATON, KANT, SARTRE », et c’est à propos de ce livre que nous l’avons invité la première fois. Cet ouvrage vient de paraître en Argentine. Là-bas on l’appelle le « psychologue » et non le philosophe. Il y a en effet beaucoup de psychologie dans ce livre, c’est une façon vivante d’approcher la philosophie et les philosophes en montrant le rapport entre leurs idées et leur vie, ce qui nous les rend plus familiers et moins austères.
Mais aujourd’hui nous allons parler de son dernier livre "Qu'est ce qu’ avoir du pouvoir ?" publié en octobre 2010 en même temps que "Ceci n'est pas un manuel de philosophie ».
Je laisse Ch. Pépin vous parler du POUVOIR, parce qu’il le fait avec brio. Vous pouvez d’ailleurs écouter son séminaire philosophique tous les lundi à 18H au Cinéma MK2 Hautefeuille au quartier latin.
Juste un mot sur ce que j’apprécie dans ce livre : c’est la déconstruction à la Derrida du concept de POUVOIR. Il y a quelques a priori qui veulent p.ex. que le pouvoir et le savoir sont liés, ce qui n’est pourtant pas souvent le cas, ou encore qu’il suffit de vouloir pour pouvoir, ce qui est encore moins probable.
Cependant j’étais surprise de ne trouver que des exemples d’hommes de pouvoir, de Napoléon à Barak Obama, mais aucun exemple de femme de pouvoir. Pourtant il y a bien des formes de pouvoir au féminin comme « le pouvoir derrière le trône » qui valaient la peine d’être analysées.
Bien entendu, dans un petit fascicule on ne peut parler de tout, il ne fait qu’ouvrir des pistes de réflexion. Il y a forcément des questions qui restent ouvertes comme le pouvoir de l’argent, ou le pouvoir des mots ou des images, le pouvoir des médias, et en particulier celui de la télévision qui s’exerce sur nos consciences et même sur notre inconscient. Il suffit de penser au film de Ch. NICK « Le Jeu de la Mort » ou «  Le temps de cerveau disponible » cher à Patrick Lelay.
S’il ne fallait retenir qu’une seule idée parmi les propositions de Ch. Pépin, je choisirais celle-ci: AVOIR DU POUVOIR c’est l’art de DONNER DU POUVOIR aux autres.