D'un retournement l'autre

Dimanche 15 janvier à 14H45
L'HELICON CAFÉ
99, rue de Charenton, Paris 12e,

LA CRISE CONTÉE PAR
FRÉDÉRIC LORDON

LECTURE THÉÂTRALISÉE par les comédiens ISABELLE MESTRE et CHRISTOPHE MILESCHI

INVITÉS:
Maurizio Lazzarato, sociologue, philosophe, auteur de “La Fabrique de l’homme endetté. Essai sur la condition néolibérale”, Éditions Amsterdam, 2011.
Christiane Vollaire, philosophe enseignant la philosophie en ZEP à Vitry, rédactrice aux revues “Chimères” et "Pratiques, les cahiers de la médecine utopique" 

: "D'UN RETOURNEMENT L'AUTRE” de Frédéric LORDON, économiste « atterré »

Avant de vous présenter nos deux invités un mot sur cette «comédie sérieuse» et sur Frédéric LORDON.
C’est en fait l’impossibilité de critiquer le système libéral dans les médias et de se faire entendre qui a mené l’économiste LORDON au théâtre pour écrire cette pièce en alexandrins. En fait son rêve est que le peuple se soulève devant l’injustice qui lui est faite. Il faut savoir que Frédéric LORDON est spinoziste et que presque tous ses écrits s’inspirent de la philosophie de SPINOZA - en particulier le très beau livre « 
Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza ».  F. LORDON ré-interprète le fameux conatus de Spinoza par la puissance d’agir. En écrivant une pièce sur la crise, il voudrait donner le pouvoir d’agir aux citoyens, aux contribuables, car ce sont eux les dindons de cette farce sinistre de la crise qui est en fait une crise de la DETTE. Les banques ont fait faillite après avoir poussé les consommateurs américains à acheter des maisons à crédit, un crédit qu’ils ne pouvaient pas rembourser. Les banques en faillite ont fait appel à l’ÉTAT pour les sauver, un État qu’ils ont dénigré pendant 40 ans. Mais lorsque l’État doit sauver les banques c’est le contribuable qui paie. Et c’est cette dette fabriquée par le système financier que nous avons sur les épaules et que le contribuable est censé payer. On nous répète à longueur de temps que les caisses sont vides – les caisses de chômage, les caisses de la « Sécu » - à nous de faire des économies (et non aux banquiers), nous dit-on. Les mécanismes de la DETTE sont très bien expliqués dans le petit livre de notre invité, Maurizio Lazzarato, sociologue, philosophe, auteur de « LA FABRIQUE DE L’HOMME ENDETTÉ » et qui nous dira en quoi cette dette est entièrement fabriquée par les stratèges du néolibéralisme.

 - Que pensez vous de l’idée de l’abolition de la bourse chère à Frédéric Lordon ?

- Maurizio Lazzarato, dans votre dernier livre vous pointez une autre bulle tout aussi grave que celle des subprimes, celle des bourses d’études que les étudiants américains doivent rembourser et qui en fait hypothèquent leur avenir, surtout sur un marché où le travail devient de plus en plus rare.
-      Christine Vollaire, par quel biais abordez-vous la crise actuelle dans vos cours de philosophie?