Penser l'anthropocène

Mardi 22 avril 2014
Université Populaire: Demain, quels humains? 
à la Mairie 2è, 8 rue de la Banque, métro Bourse
 
Invités: Fabrice FLIPO, philosophe, chercheur et maître de conférences, auteur de “Nature et Politique”
Agnès SINAÏ, présidente de l'Institut Momentum sur l’Anthropocène, auteure et maître de conférences

Thème: PENSER L'ANTHROPOCENE 

Que signifie ce néologisme ? Il désigne l’impact de l ‘empreinte laissée par l’homme sur la planète depuis 200 ans, à savoir depuis l’âge industriel.
Après avoir reçu Dominique MEDA le mois dernier, auteure de « LA MYSTIQUE DE LA CROISSANCE », nous sommes heureux de recevoir aujourd’hui deux jeunes auteurs qui, eux, défendent sans détour la décroissance et se rejoignent 
sur la nécessité d’un changement de nos modes de vie, car , comme l’affirme Agnès SINAÎ, « LE XXIe SIÈCLE EST LE SIÈCLE DE LA DESCENTE ÉNERGÉTIQUE », bref, nous allons manquer de pétrole, et d’autres ressources naturelles dont on pensait pouvoir disposer sans limites. Mais le problème qui se pose aux défenseurs de la décroissance est qu’elle ne donne pas envie. Même si elle est acceptée par la raison, – elle n’ inspire quand même pas le DÉSIR. C’est le fétiche de la marchandise qui nous dirige vers les derniers I-pods , écrans plats, tablettes ou jeux-vidéos fait trop. Nous sommes formatés à être bons consommateurs de tout ce que la publicité peut nous vanter comme incontournable. Il n’est guère facile d’aller à contre-courant du système et nous convaincre qu’il faudra changer nos modes de vie pour survivre. Mais les changements de société n’ont-ils pas toujours été induits par des minorités actives ?
Je vous présente brièvement nos invités qui mettent leurs idées en accord avec leur mode de vie :

Agnès SINAΠest cofondatrice et présidente de l'Institut Momentum sur l’Anthropocène, réseau de réflexion sur les sociétés de l’après-croissance, maître de conférences l’Institut d’études politiques de Paris et journaliste environmentale. 
Elle est co-auteure de plusieurs ouvrages, le dernier en date est publié sous sa direction en 2013 : 
Penser la décroissance. Politiques de l'Anthropocène, paru aux Presses de Sciences Po *, 
Sauver la Terre, co-écrit avec Yves Cochet (Fayard, 2003),
Veilleurs de l'eau (La Découverte, 2007), 
Labo-Planète (1001 Nuits, 2011, co-écrit avec Jacques Testart et Catherine Bourgain 
 
Fabrice FLIPO est docteur en philosophie, maitre de conférences en philosophie des sciences et des techniques à l’Institut Mines-Télécom, chercheur à l'université Paris 7 Diderot. 
Il a publié plusieurs ouvrages sur la crise écologique dont le dernier: NATURE ET POLITIQUE, contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation, paru en 
janvier 2014. C’est une énorme somme de travail philosophique, anthropologique et écologique, où il cherche à faire le tour de l’ECOLOGISME. Il passe en revue tous les  penseurs de l’écologie tels Ivan Illich, André Gorz, Gilles Deleuze & Félix Guattari, Jean Baudrillard, Amartya Sen ou Philippe Descola, Serge Latouche ou Alain Lipietz. En 2012 il a co-écrit un livre sur " La décroissance <http://rencontres-et-debats-autrement.org/index.php?page=la-decroissance>", et un autre sur les nouvelles technologies vertes : Peut-on croire aux TIC vertes ? 

QUESTIONS
- Est-ce possible pour une société de réduire volontairement sa consommation ?
- Comment faire pour inspirer, mobiliser le désir pour la décroissance ?
- En mettant en question tous nos soi-disant « PROGRÈS» - le TGV, INTERNET, le SMARTPHONE, le chauffage central… que proposez-vous de désirable à la place : les low techs, les coopératives, les biens communs comme Wikipedia ou les logiciels libres ?
- Pourquoi pour vous le Développement durable et les technologies vertes sont douteux?
- Quelles sont les expériences concrètes des villes en TRANSITION (Ex.TOTNES, UK, avec son projet de décroissance depuis 2005) ?
- POURQUOI la gourvernance mondiale est restée inopérante, pourquoi les sommets pour l’environnement à Copenhague, Stockholm ou RIO ont tous échoué ?
 
D’autres questions  sont discutées dans le petit livre de F.Flipo sur la décroissance <http://rencontres-et-debats-autrement.org/index.php?page=la-decroissance> qui prend pour trame les questions récurrentes posées dans les débats publics, dont voici quelques-unes :
 “LA DÉCROISSANCE, 10 QUESTIONS POUR COMPRENDRE ET DÉBATTRE”  :
- La décroissance, privation ou joie de vivre ? 
-  La décroissance, c'est la récession et le chômage ? 
- La décroissance n'implique-t-elle pas une vision dirigiste et autoritaire de la politique ? 
- Pourquoi pas le « développement durable » ? 
- La décroissance, est-ce la fin du progrès scientifique et technique ? 
- La décroissance est-elle malthusienne ?